Une approximation typographique

Une tentative d’approximation typographique d’une page d’Alexander Grothendieck
samedi 8 février 2020
par  Michel Bovani
popularité : 49%

Soit un dimanche maussade du mois d’août en l’an 2005. Parce que oui, même en août, il y a des dimanches maussades ; sentiment favorisé par la proximité de la rentrée. Parce que travailler : beurk.

Bref, tu es un peu désœuvré et tu vas voir m’dame Numdam qui te propose un très bel article d’Alexander Grothendieck. Article auquel tu n’entraves en gros que pouic (sans aucun espoir si on considère la brièveté du temps imparti), mais ça n’est pas grave, parce que ce que tu veux, c’est juste jouer à la police, enfin aux fontes je veux dire…

L’article fait partie des annales de l’institut Fourier et date de 1952. Il est donc composé à l’ancienne (enfin, relativement). Tu sélectionnes une page un peu au hasard. La voici :

Tu attrapes ton logiciel de composition scientifique préféré (il s’appelle TeX) et tu tentes de reproduire le plus précisément la dite page, en utilisant un système de polices (on dit des fontes) qui s’approchent le plus possible de l’original. Ces polices là, tu as passé beaucoup de temps à les rendre disponibles pour ton logiciel préféré parce que lui, il est un peu picky avec les fontes qui viennent du monde réel (en fait, il t’a déjà fallu plusieurs autres dimanches maussades pour en arriver là). Il te faut aussi faire attention à l’empagement, à l’interligne, tous ces détails.

À quoi ça sert ? demanderas-tu. À rien. Mais ça, t’as l’habitude, parce que longtemps tu as été prof de « M’sieur à quoi ça sert ? ». Enfin bref, voilà le travail :

Sitographie

Document à télécharger au format PDF

Document original
Télécharger (78.9 ko)
Approximation typographique
Télécharger (103.7 ko)

Commentaires