Droite et cercle d’Euler

Mathematica dinosaurorum I
mardi 30 août 2022
par  Michel Bovani
popularité : 89%

L’idée d’un projet dans lequel puissent se retrouver deux de mes pôles d’intérêt anciens m’est venue récemment. Il s’agit d’une part de la mathématique (je crois que je vais définitivement opter pour le singulier) que j’ai lâchement abandonnée depuis le premier jour de ma retraite et d’autre part de la typographie scientifique et numérique, une passion plus récente à laquelle j’ai continué à m’intéresser, tout de même assez distraitement.

Du côté de la mathématique, il s’agit de reprendre des notions un peu anciennes et, partant, aujourd’hui peu enseignées, voire plus du tout (ce dont je ne compte pas me plaindre, aucune nostalgie dans la démarche), mais qui, sans constituer le socle de ma formation personnelle, représentent sans doute ce à quoi je me suis le plus intéressé, d’abord en tant qu’élève, puis en tant que professeur.

En ce qui concerne la typographie scientifique, les choses tournent précisément autour du logiciel Lualatex l’avatar le plus récent du programme TeX, que nous devons à Donald Knuth. L’un des avantages de ce système est une très bonne séparation forme-fond. J’ai donc travaillé non pas à deux, mais à trois niveaux :

  1. Définition d’une interface de saisie, constituée de commandes ou d’environnements balisés et dotés d’une spécification précise : ces commandes permettent de saisir des titres, des sous-titres, des théorèmes, des démonstrations, des remarques, etc.
  2. Saisie d’un contenu (qui dans le cas de ce premier article concerne comme annoncé la droite et le cercle d’Euler) utilisant l’interface précédente.
  3. Mise au point de maquettes (dans le monde de Latex on parle de classes de documents) qui, à partir d’un même contenu, permettront d’obtenir des documents d’aspects très différents, pour des destinations très différentes. Précisément, il y a pour l’instant trois maquettes : la première vise une impression au format A4, la seconde est destinée à s’afficher sur un écran de smartphone, enfin la troisième est destinée à des écrans plus confortables : tablettes ou ordinateur. Dans ce dernier cas, c’est un format à l’italienne qui a été préféré.

Je donne volontairement assez peu de détails, mais je compte bien revenir sur tout cela (à mon rythme). Si vous étiez avide d’explications, il est toujours possible de me contacter !

Documents à télécharger — format PDF